Magnifique huile sur toile du XVIIIe Siècle à rapprocher du travail de Jean Baptiste Siméon Chardin (1699-1779). 
Cette nature morte évoquant le salut du guerrier, nous laisse apprécier la qualité des détails et l'harmonie des couleurs, plongeant le spectateur dans l'intimité de la force et de l'esprit. 
Le glaive et le cabasset déposés sur l'étole au superbe pourpre, l'esprit s'ouvrant à la lecture méditative. 
La présence bienveillante d'une chouette comme symbole d'Athena, déesse du combat, de la stratégie guerrière mais également celle de la sagesse, vient magnifier cette ode à la spiritualité. 
Cette œuvre est sur sa toile d' origine, vierge de toute réparation. 
Bel état de conservation et un prix très attractif pour un investissement. 

Dimensions hors cadre :  73 cm  /  66 cm

Jean Siméon Chardin (1699-1779) :
Né en 1699 dans un milieu d’artisans. Il fut l’élève du peintre de tableaux historiques Pierre-Jacques Cazes (1676-1754), de Noël Nicolas Coypel (1690-1734) et de Carle Van Loo (1705-1765). Sa vie se déroule exclusivement à Paris et est entièrement consacrée à la peinture.

En 1724, Chardin est admis à l’Académie de Saint-Luc avec le titre de maître. Quatre ans plus tard, il expose deux natures mortes, La Raie et Le Buffet, qui sont remarquées par des académiciens, notamment le peintre Nicolas de Largillierre (1656-1746), auteur de nombreuses natures mortes. Avec l’appui de plusieurs académiciens, Chardin présente ces deux tableaux comme morceaux de réception et il est admis à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1728 « dans le talent des animaux et des fruits », c’est-à-dire au niveau inférieur de la hiérarchie des genres de l’époque.
En 1731, il épouse Marguerite Saintard, avec qui il était fiancé depuis 1720. La même année naît un fils, Pierre-Jean, dont son père voudra, en vain, faire un peintre d’histoire. Chardin participe à cette époque, sous la direction de Jean-Baptiste van Loo (1684-1745), à la restauration des fresques de la galerie François Ier au château de Fontainebleau. Sa femme Marguerite meurt en 1735.

Chardin est présenté à Louis XV en 1740. Il offre au roi La Mère laborieuse et le Bénédicité. En 1744, il épouse Marguerite Pouget, dont il fera un portrait au pastel trente ans plus tard. Les années 40 marquent l'apogée de sa réputation : Louis XV paie 1 500 livres La Serinette, le seul tableau de l’artiste que le roi ait acquis.

Dans les années 50 et 60, Chardin se consacrera surtout aux natures mortes. A la fin de sa vie, sa vue baissant, il s’oriente vers le portrait au pastel. Il meurt à Paris en 1779.

Entourage de J. B Siméon Chardin, huile sur toile du XVIIIe.

1 900,00 €Prix
  • DIMENSIONS

    Hors cadre : 

    largeur: 73 cm

    hauteur : 66 cm

  • LIVRAISON

    Je gère pour vous la livraison en France ainsi qu'à l'international. Pour une livraison en dehors de l'Europe, contactez-moi afin d'établir un ou plusieurs devis.

    Je veille à ce qu'un soin tout particulier soit respecté pour un emballage et une protection adaptés à vos achats.

  • PAIEMENT

    - par carte bancaire sur le site ( paiement en ligne sécurisé )

    - par virement: je vous fournis mes coordonnées bancaires par email sur demande.

    - par chèque ( pour les comptes domiciliés en France )