Très élégants et rares fauteuils à dossiers cabriolets formant une paire, d'époque Transition, vers 1770. Estampillés de Jean Baptiste SENÉ (estampille : I. B. SÉNÉ) pour l'un et de Claude CHEVIGNY (estampille : C. CHEVIGNY) pour l'autre. 
Voisins de la rue de Clery à Paris, où ils exerçaient côte à côte, ces deux grands Maîtres ébénistes furent liés d'une très grande amitié (plus, selon les oui dire des commérages de l'époque) et collaborent parfois ensemble pour de très jolies réalisations. 

Ces deux rares fauteuils estampillés sont réalisés en hêtre teinté, à dossiers cabriolets violonés et supports d'accotoir en "coup de fouet". 
Les dés de raccordement antérieurs sont arrondis et sculptés d'une rosace. 
Les pieds antérieurs et postérieurs sont très esthétiquement fuselés, cannelés et rudentés. 
L'ensemble donne au premier regard l'assurance d'une belle signature... En voici deux des tous plus grands. 

SENÉ Jean-Baptiste-Claude
Sené Jean-Baptiste-Claude (1747-1803) – menuisier en siège – maîtrise obtenue le 10 mai 1769 : À l’égal de Georges Jacob, Jean-Baptiste-Claude Sené est considéré comme le plus grand menuisier en siège français du règne de Louis XVI.
L’œuvre de Sené ne comporte presque exclusivement que des sièges Louis XVI. Seuls quelques rares modèles de style Transition sont ainsi constatés, ce qui en font des modèles particulièrement recherchés. 
Estampille de Jean-Baptiste-Claude Sené
Connu pour sa très grande qualité aussi bien que pour la longévité de sa renommée, fils aîné du menuisier Claude I Sené, Jean-Baptiste-Claude Sené s’impose sans équivoque comme le plus célèbre des menuisiers parisiens de sa lignée. Depuis la rue de Cléry à l’enseigne du « Gros Chapelet » où il exerce, son talent suscite très vite un grand intérêt. Sené voue les premières années de sa carrière au service d’une clientèle privée à laquelle il livre des sièges Transition puis Louis XVI aux lignes pures, soignées, raffinées, bien proportionnées, mais classiques. De 1785 à 1791, il figure avec Jean-Baptiste Boulard parmi les fournisseurs réguliers du Garde-Meuble de la Couronne. Il bénéficie alors de commandes pour les châteaux de Saint-Cloud, Versailles, Fontainebleau ou encore Compiègne, du Roi, de la Reine mais aussi pour plusieurs membres de la famille royale, pour lesquels il réalise des sièges de la plus haute et belle qualité. Pour les commandes les plus élaborées, il collabore avec Boulard et Claude Chevigny. 
Son œuvre la plus emblématique reste un grand lit exécuté en 1787 sous les directives du sculpteur Jean Hauré pour la reine Marie-Antoinette à Fontainebleau.

MUSÉES
Chaise voyeuse - Musée des Arts Décoratifs
Fauteuils cabriolet - Musée Carnavalet
Bergères - Musée du Louvre
Cabriolet - Chateau de Versailles
Ensemble de mobilier de chambre - Museum of Fine Arts, Boston.
...
BIBLIOGRAPHIE
Le Mobilier Français du XVIIIème Siècle - Pierre Kjellberg - Les Editions de l'Amateur - 2002
Les ébénistes du XVIIIe siècle - Comte François de Salverte - Les éditions d'Art et d'Histoire - 1934
Deux sièges de Foliot et de Sené pour Versailles - Revue du Louvre, n° 1, mars 1991, p. 76-81
Bill Pallot, L'art du siège au XVIIIe siècle en France, Paris, ACR Gismondi éditeurs- 1987.


Claude CHEVIGNY:
Chevigny Claude – Menuisier en siège. maîtrise obtenue le 27 avril 1768 : La majorité de ses ouvrages sont de style Louis XVI.
Claude Chevigny est établi, jusqu’à la Révolution, rue de Cléry. Ce maître est connu pour avoir produit des sièges à l’exécution toujours très soignée et à la sculpture délicate. Il a été le fournisseur, entre autres, du duc de Choiseul (en particulier pour son château de Chanteloup) et du duc de Montmorency. Nombreuses sont ses réalisations figurant notamment au musée du Louvre, au musée Nissim de Camondo et au Metropolitan Museum of Art.

Pour finir, laissons la parole à Jean Nicolay : " Claude Chevigny avait un art particulier pour dessiner des fauteuils et des chaises dont la ligne générale et les proportions étaient particulièrement heureuses. Tous les meubles qui portent son estampille gardent ce cachet d’élégance, de finesse, qui est bien dans sa manière. Peu de Maîtres ont eu, d’une façon aussi constante, le souci du « fini »".
La majorité de ses ouvrages sont de style Louis XVI, à dossier médaillon, carré ou en anse de panier, aux lignes rigoureuses et pieds fuselés à cannelures rudentées.

BIBLIOGRAPHIE
- Guillaume Janneau, Le Mobilier français, Les Sièges, Paris, Les Éditions de l’amateur, 1993.
- Pierre Kjellberg, Le Mobilier français du XVIIIe siècle, Dictionnaire des ébénistes et des menuisiers, Paris, Les Éditions de l’amateur, 1989.
- Jean Nicolay, L’art et la manière des maîtres ébénistes français au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Pygmalion, 1986.
- Bill G.B. Pallot, L’art du siège au XVIIIe siècle en France, Paris, A.C.R-Gismondi Éditeurs, 1987.
- Jacques-André Roubo, L’Art du Menuisier en meubles, seconde section de la troisième partie de l’art du menuisier, Paris, Bibliothèque de l’image, 2002 (Fac-similé de l’édition de 1772.)
- Comte François de Salverte, Les Ébénistes du XVIIIe siècle, leurs œuvres et leurs marques, Paris, F. de Nobele, 1985 (septième édition).

Légères restaurations d'usage.

Je propose cette rare paire de fauteuils estampillés dans une valeur très basse d'estimation d'expert. Ainsi, leur acquisition vous confère l'assurance d'un placement sûr.

Sené Jean-Baptiste et Chevigny Claude: rare paire de fauteuils Transition, 1770

0,00 €Prix
  • Dimensions

    Hauteur: 91cm

    Largeur: 62cm

  • Livraison

    Je gère pour vous la livraison en France ainsi qu'à l'international. Pour une livraison en dehors de l'Europe, contactez-moi afin d'établir un ou plusieurs devis.
    Je veille à ce qu'un soin tout particulier soit respecté pour un emballage et une protection adaptés à vos achats.

© 2020 Géraldine Buisson, tous droits réservés