top of page

Très belles ciselures pour cette pendule en bronze doré d’époque Empire représentant Eros jouant de la lyre. 

L’instrument, reposant sur un précieux chevalet ciselé de grandes feuilles d’acanthe aux quatre angles, de rinceaux ponctués d’un duo de fleurettes en façade et d’une large feuille d’eau sur chaque côté, découvre un cadran ajouré d’une remarquable finesse de ciselure, serti d’une bague en émail blanc sur laquelle sont inscrits les chiffres romains et la signature, sous le chiffre VI, « Galle  Rue Vivienne n° 9 ».

Au centre, une rosace, formant un pistil autour duquel s’agence en alternance des feuilles d’eau et des fleurettes, accueille les têtes des aiguilles. Cette composition forme, à son tour, une large fleur réceptionnant une guirlande/un chapelet de fleurons sur leur tige recourbée.

Au sommet du cadran simulant la caisse de résonance de la lyre, de part et d’autre, s’élancent les bras, finement ciselés d’un rinceau de fleurs de lotus, fleurette et pointe de flèche, se terminant en cou et tête de cygne dont les becs retiennent le joug. Joug chapeauté d’un couple de colombes s’embrassant sur un lit de roses.

Disposés à droite du cadran, un arc et un carquois de flèches, attributs d’Eros.

L’ensemble repose sur une base, elle aussi à décor en applique très finement ciselé : au centre, une fleur dans une pastille entourée d’anthémions et feuilles d’eau, est encadrée, de part et d’autre, d’un médaillon en casque d’Athena et d’un duo de rinceaux prolongés d’une cascade de feuilles d’acanthe terminée en fleuron. 

La base est soutenue par quatre pieds se déroulant en une généreuse volute de feuilles d’eau encadrée d’un petit fleuron et terminé en patte de lion.

 

Claude GALLE (1759-1815):
Considéré comme l'un des plus importants bronziers de la fin du XVIIIème siècle et du début du XIXème siècle, Claude Galle est aujourd'hui une référence du bronze de style néoclassique. Dès le début de sa carrière, il devient collaborateur de fondeurs célèbres comme Antoine-André Ravrio et Jean Hauré. Cela lui permet de participer à l'élaboration de bronzes destinés au mobilier de la couronne. Sous le Consulat, il devient rapidement le concurrent principal de Philippe Thomire. Il fournit le garde-meuble impérial, meublant ainsi les châteaux de Compiègne et de Fontainebleau. Prenant sa retraite en 1813, il est remplacé par son fils Gérard-Jean. Ses productions autrefois très appréciés des Anglais et des Russes, ont inspiré des bronziers tels que Andreï Voronikhin (1759-1814) et Friedrich Bergenfeldt (1768-1822).Il meurt en 1815 après avoir réalisé des œuvres qui font la fierté de grandes collections. 

 

Cette pendule revêt sa magnifique dorure d’origine.

 

Signée « Galle rue Vivienne n*9 ».

 

Mouvement révisé par un horloger d’art.

 

Époque Empire.

 

Comme à mon habitude, mes objets sont pris en photo au naturel, sans passer par un studio photo. De ce fait, vous pouvez les apprécier tels qu’ils sont réellement.

 

Ne mettant pas l'ensemble de mon Mobilier et Objets d'art sur Proantic, je vous invite à suivre mon compte Instagram où vous pourrez profiter de la totalité des nouveautés: @monantiquaire.

Claude Galle, signée : Belle pendule d’époque Empire.

0,00 €Prix
  • DIMENSIONS

    Hauteur : 37cm

    Largeur: 23cm

    Profondeur : 10cm

  • LIVRAISON

    Sur demande, je gère pour vous la livraison en France ainsi qu'à l'international.

    Les modalités d'expédition dépendent de votre localisation. Contactez-moi afin de connaître le coût et préparer l'organisation de votre livraison.

    Je veille à ce qu'un soin tout particulier soit respecté pour un emballage et une protection adaptés à vos achats.

  • PAIEMENT

    - par carte bancaire sur le site ( paiement en ligne sécurisé )

    - par virement: je vous fournis mes coordonnées bancaires par email sur demande.

    - par chèque ( pour les comptes domiciliés en France )

Articles similaires