Inédite, en bronze ciselé et doré et en bronze à patine brune, cette paire de candélabres se compose d’une Victoire ailée dont une partie du corps est en forme de gaine.

En applique au centre de la gaine, tout de bronze ciselé et doré, vient se placer un motif de carquois ailé et enrubané.

Chacune des Victoires supporte un long vase balustre aux éléments décoratifs minutieusement ciselés et guillochés ( couronne de longues feuilles, stries, fleurettes, rang de perles, guirlandes de ronds ) se terminant en son sommet par une flamme stylisée dissimulant une bobèche. Deux têtes de faune flanquées de part et d’autre du vase à l’antique, amorcent le départ de deux bras de lumière prenant chacun la forme d’un lion ailé se terminant en feuille d’acanthe                      ( rappelant un vase rython ).

L’agencement de cette gradation est fortement similaire à un modèle de Louis-Auguste Hervieu inventorié dans le premier salon de l’Impératrice au palais de Saint-Cloud le 3 juin 1805 ( L’Heure, le Feu, la Lumière, Marie-France Dupuy-Baylet, p28 et 29 / Mobilier National n° GMLC 699/ 1 et 2 ), mais également d’une paire présente dans la chambre à coucher de l’Impératrice à Saint Cloud. L’inventaire du palais du 3 juin 1805 y mentionne une cariatide avec les bras ouverts supportants des bras de lumière, comme la paire que je vous propose ( cf: L’Heure, le Feu, la Lumière, Marie-France Dupuy-Baylet, p114 et 115 / Mobilier National n°GML-8409-001 ).

Chaque lion ailé accueille une bobèche au sommet de son crane. Ces bras de lumière imposants sont soutenus par chaque Victoire tenant chacune leurs bras levés «  en équerre ». La forme représentative de ces lions ailés ainsi que la forme en gaine de la paire proposée rappellent celle présente dans le deuxième salon de l’appartement du roi de Rome, inventaire du palais de Compiègne de 1809, livré par PP Thomire ( cf L’Heure, le Feu, la Lumière, Marie-France Dupuy-Baylet, p127 / Mobilier National n°GML-1288-001).

 

Une large base circulaire harmonieusement ciselée d’une frise de petites feuilles de laurier, soulignée d’une frise de stries, loge, en son centre, un bouquet de larges palmettes agencées en couronne, serti de rais de coeur, prenant ainsi la forme d’un piédestal/podium sur lequel viennent reposer les pieds (finement ciselés) à moitié couverts de la robe de chacune des Victoires.

 

Il semble donc que Pierre Philippe Thomire ou Louis-Auguste Hervieu soient à l’origine de cette très belle paire de candélabres.

 

Parfait état de conservation , belle dorure d’origine.

Rare paire de candélabres d’époque Empire.

12 500,00 €Prix
  • DIMENSIONS

    Hauteur: 51 cm

    Largeur de bras à bras: 24 cm

    Diamètre base: 15,5 cm

  • LIVRAISON

    Je gère pour vous la livraison en France ainsi qu'à l'international. Pour une livraison en dehors de l'Europe, contactez-moi afin d'établir un ou plusieurs devis.

    Je veille à ce qu'un soin tout particulier soit respecté pour un emballage et une protection adaptés à vos achats.

  • PAIEMENT

    - par carte bancaire sur le site ( paiement en ligne sécurisé )

    - par virement: je vous fournis mes coordonnées bancaires par email sur demande.

    - par chèque ( pour les comptes domiciliés en France )