Grande statue en biscuit de porcelaine ( la paire de flambeaux aux têtes de béliers de Claude Galle l'encadrant mesure déjà 30 cm ) représentant le célèbre sujet de la « Vénus au bain » aussi appelée « la baigneuse » du sculpteur parisien Christophe Gabriel Allegrain ( 1710-1795 ).

La nouveauté réside dans sa nudité et sa sensualité, Allegrain n’hésite pas à représenter Vénus avec un véritable corps de femme, aux courbes voluptueuses et charnelles. Sa posture, légèrement en « figura serpentinata », sa main tenant un drapé, la chevelure en nattes et chignon, laissent imaginer une influence maniériste issue d’un bronze de la Vénus Cesarini de 1583 de Jean de Bologne ( Giambologna ).

 

Cette statue s’inscrit dans une longue tradition d’illustration de la déesse depuis la Grèce antique. Ce mouvement connu une accélération suite aux fouilles de Pompéi et Herculaneum en 1738 puis 1748. Christophe Allegrain suit cette nouvelle « mode » en sculptant des scènes mythologiques, des sujets allégoriques et des figures.

 

À l’origine, le modèle de la Vénus au bain fut commandé par le marquis de Marigny, directeur général des bâtiments du Roy, pour le château de Choisy-le-Roi. Le marbre ainsi présenté au salon de 1767 fit sensation: le rendu de la chair potelée cristallise les passions. 

En 1772, Louis XV l’offre à Mme du Barry pour le château de Louveciennes.

En 1824, elle rejoint les collections du Louvres après un passage à Versailles et au palais du Luxembourg.

Cette création révéla Allegrain au grand jour. Jusqu’à présent, on ne lui connaissait que son morceau de réception. Il est également supposé que l’alliance de sa sœur avec Jean-Baptiste Pigalle aurait facilité ce succès.

 

À mon sens, nous constatons, une fois de plus, les fortes influences venues de l’Italie des Médicis ( Vénus Cesarini, Vénus Uranie, Vénus de Grotticella ) et des découvertes de Pompéi et d’Herculaneum. Le thème principal des sculptures, peintures, arts décoratifs est clairement orienté vers la mythologie, l’antique, l’étrusque.

 

Très bel état de conservation.

Marque au double L de la Manufacture de Sèvres.

Époque fin du XIXe siècle.

Vénus au bain: grand biscuit de porcelaine. Fin XIXe siècle.

980,00 €Prix
  • DIMENSIONS

    Hauteur : 58cm

    Diamètre base: 19,5 cm

  • LIVRAISON

    Je gère pour vous la livraison en France ainsi qu'à l'international.

    Les modalités d'expédition dépendent de votre localisation. Contactez-moi afin de connaître le montant et préparer l'organisation de votre livraison.

    Je veille à ce qu'un soin tout particulier soit respecté pour un emballage et une protection adaptés à vos achats.

  • PAIEMENT

    - par carte bancaire sur le site ( paiement en ligne sécurisé )

    - par virement: je vous fournis mes coordonnées bancaires par email sur demande.

    - par chèque ( pour les comptes domiciliés en France )